Le Conseil de Coordination des Organisation Arméniennes de France demande la rupture des relations diplomatiques entre la France et la Turquie

Le jeudi 10 décembre, dans le cadre des cérémonies célébrant « la victoire de l’Azerbaïdjan contre l’Arménie », le Président de la République turque Recep Tayip Erdogan a glorifié Enver, un des trois principaux ordonnateurs du génocide des Arméniens avec Talaat et Djemal, avant de proférer d’inquiétantes menaces en martelant que la « lutte » de l’Azerbaïdjan contre l’Arménie n’est pas terminée. Il a affirmé : « le fait que l’Azerbaïdjan a sauvé ses terres d’occupation ne signifie pas que la lutte est terminée. La lutte dans les sphères politiques et militaires va se poursuivre désormais sur de nombreux autres fronts. »

Au cours de la même cérémonie, le Président azerbaïdjanais, Ilham Aliev a précisé la pensée du Président turc, Recep Tayep Erdogan, en déclarant que Bakou allait mettre en place un plan de conquête de la capitale de l’Arménie, Erevan, et de la région du Zanguezour au sud de l’Arménie, frontalière de l’Iran et du Nakhitchevan. Le plan pan-turc est en marche et la faiblesse de la réaction internationale encourage Ankara dans sa mise en œuvre.

L’expansionnisme de la Turquie, qui instrumentalise l’Azerbaïdjan, n’a plus de limites et met le peuple arménien en danger. La glorification d’Enver rappelle qu’Erdogan est dans cet état d’esprit génocidaire à l’encontre du peuple arménien. Durant la guerre, Erdogan a précisé qu’il allait « terminer le travail entrepris en 1915 ». La menace est claire, elle est très précise et le silence de la communauté internationale sera interprété par Ankara, au mieux comme un aveu d’impuissance et au pire comme un blanc-seing aux velléités du pan-turquisme.

Le Conseil de Coordination des Organisations Arméniennes de France appelle le Président de la République française, Emmanuel Macron, à une réponse à la hauteur de la menace. En tant que citoyens français, nous demandons à la France de condamner, de la manière la plus forte possible, la démarche turque en rompant ses relations diplomatiques avec Ankara. La France doit être à la pointe d’une condamnation internationale de la Turquie et de ses objectifs expansionnistes et génocidaires.

Conseil de Coordination des Organisations Arméniennes de France – CCAF
Paris, le jeudi 11 décembre 2020

Crédit photo : Mustafa Kamacı - Anadolu Agency

Partagez: