Les coprésidents du CCAF se sont entretenus jeudi 23 juillet avec Mme Margaux Bergeon Dars, au cours d’une conversation franche et directe de 40 minutes.

Les coprésidents du CCAF se sont entretenus jeudi 23 juillet avec Mme Margaux Bergeon Dars, au cours d’une conversation franche et directe de 40 minutes. La Conseillère au cabinet de M. Le Drian en charge de l’Arménie a rappelé les principes de la diplomatie française qui sont régis par le devoir d’impartialité résultant des responsabilités de la France en tant que coprésidente du Groupe de Minsk.

M. Mourad Papazian et Ara Toranian se sont faits pour leur part les porte-paroles des inquiétudes de la communauté arménienne de France à propos de la situation sur la frontière orientale de l’Etat arménien, à la suite de l’agression militaire azerbaïdjanaise du 12 juillet dernier. Face au narratif mensonger de Bakou sur ce sujet, les coprésidents ont insisté sur la nécessité de mettre en place des mécanismes de surveillance pour garantir le respect du cessez-le-feu.

Ils ont notamment souligné l’opposition du régime Aliev à ces mesures pourtant susceptibles de stabiliser la région sur le plan militaire. La question du soutien ouvert d’Ankara à Bakou et de ses conséquences lourdes de menaces a également été évoquée. Enfin, les coprésidents ont rappelé l’attachement indéfectible des Français d’origine arménienne, descendants des rescapés du génocide de 1915, à la sécurité de l’Arménie et à la cause du Haut-Karabakh.

En ce qui concerne la nécessaire solidarité avec cette République, Messieurs Papazian et Toranian ont fait part de leurs attentes concernant l’engagement du Chef de l’Etat au dernier dîner du CCAF. Il s’agissait alors de proposer une solution de remplacement aux chartes d’amitiés entre les communes françaises et celles du Haut-Karabakh, lesquelles s’étaient heurtées à une impasse politico-juridique. Un sujet sur lequel, selon leur interlocutrice, le ministère de l’Intérieur est chef de file, mais qui travaillera avec l’appui du Ministère des Affaires étrangères. Les coprésidents du CCAF se félicitent néanmoins de l’ouverture de ce dialogue avec le Quai d’Orsay sur un sujet extrêmement préoccupant pour les 500 000 Français d’origine arménienne et tous les sympathisants de leur cause sur le territoire.

Paris, le 24 juillet 2020
Mourad Papazian

Partagez: